Conformité et surqualité

Par Élie Sloïm, le 18 octobre 2005, dans .

Je vous écris en direct d’Agen où je viens de participer à une conférence sur l’accessibilité avec notamment Patrick Day de l’UNADEV et Nicolas Descloux du grand Chalon. Stéphane Huc, contributeur Opquast est en train de me regarder écrire ce billet, prévu de longue date, mais dont la publication a été quelque peu avancée. Je m’explique : je viens de constater dans mon agrégateur que Laurent Denis avait annoncé sur Blog & Blues la publication des articles de la série Conformité, validation et surqualité. J’ai dû modifier très légèrement la base de données pour que l’article soit présentable et, bon, voilà, c’est annoncé, c’est publié, c’est parti, et je suis très content.
Si vous avez des commentaires sur cette série d’articles, laissez des commentaires sur ce billet.

4 commentaire(s)

  1. Par Thomas Mathey, le 20 octobre 2005 à 9 h 11 min :

    Je sens dans cette série une réflexion à laquelle beaucoup d’acteurs de la conformité de la francophonie sont venu ces derniers temps : Adapter à la vie réelle les recommandations du W3C. C’est en tout cas comme ça que je le résume, ce n’est en effet pas évident de dire à un client que son site ne restera pas longtemps valide si il intervient dessus ! Et cela pose, en particulier, problème au niveau des CMS.

  2. Par Franck, le 21 octobre 2005 à 15 h 47 min :

    Ces propos me fait penser à un principe mis en œuvre dans le domaine de la radioprotection, où l’on parle d’ALARA (As Low As Reasonable Achievable). Raisonnable étant fonction des ressources disponibles. Ce principe pourrait être ici transformé en As Valid As Reasonable Achievable !

  3. Par Jeremy, le 22 septembre 2007 à 21 h 36 min :

    Le W3C est vraiment une bonne chose pour l’internet, dommage qu’il y ait cette guerre sur les balises entre microsoft et ce même w3c…

  4. Par rss, le 28 octobre 2007 à 1 h 08 min :

    quelle surprise de voir aussi peu de commentaires sur votree billet ! 😉

Les commentaires sont fermés.