Hypothèses sur l’avenir du Web

Par Élie Sloïm, le 30 août 2007, dans .

Vous le savez, je lis et recommande depuis longtemps le blog de Fred Cavazza. Pendant longtemps, j’ai été assez dubitatif sur le phénomène Web 2.0, mais depuis quelques temps, je suis en train d’affiner un certain nombre de mes positions. Alors, oui, je continue à penser que le fait d’attribuer au Web des incrémentations logicielles comme 1, 2, 3 ou 4.0 est complétement inapproprié. En revanche, le plus intéressant n’est pas là, et le dernier billet de Fred sur les hypothèses d’évolution du Web 2.0 est venu me le confirmer.

En à peine quinze ans, le web a révolutionné en profondeur nos comportements, et pour tout dire, il me semble que rien ne sera plus jamais pareil. A travers leur façon de consommer de la télévision, de tisser des liens sociaux, de voyager, de mener à bien leurs démarches administratives, de communiquer en général, les internautes et même les non-internautes ont vu se modifier considérablement leur rapport au Monde. Les internautes consomment des contenus et services, les créateurs de services inventent avec eux des nouveaux usages, les médias, les sociétés et les administrations évoluent de gré ou de force, et finalement, même un simple quidam qui n’a jamais mis le pied ou la souris sur Internet pourrait voir s’il ouvrait un peu les yeux des implications directes de cette révolution dans son quotidien.

Lorsque l’on souhaite être un peu plus qu’un consommateur numérique, et que l’on veut réfléchir à la façon dont Internet va continuer à impacter nos vies dans les années à venir, il faut essayer de comprendre les tendances à venir. Il faut alors comprendre la façon dont les internautes consomment l’Internet et les nouveaux usages qui se développent pour essayer d’en déduire des mouvements de fond pour l’avenir de la société. En réalité, ce qui est vraiment intéressant, ce n’est pas le Web X.0 ou le dernier service en ligne à la mode, c’est la façon dont il va impacter notre relation à la Société.

De ce côté là, en France, il n’y a pas tant de ressources que ça pour comprendre ce qui se passe. Pour le suivi des nouveaux contenus et services, le blog de Fred Cavazza est à mon avis irremplacable. Pour la compréhension des usages et de leur impact sociétal, rien ne vaut la Fing.

Revenons donc aux hypothèses de Fred sur l’avenir du Web 2.0 (en fait, il aurait bien plus ambitieux, plus intelligent, et plus juste d’appeler ce billet “Hypothèses sur l’avenir des services Web”) : parmi toutes les évolutions envisagées et décrites dans ce billet, nombreuses sont celles qui seront tentées et testées par le plus grand nombre. En l’espace de quelques mois, des hordes se jetteront sur ces nouveaux contenus et services, les testeront puis les quitteront aussi vite qu’ils les avaient adoptés. Quelques mois plus tard, seuls quelques services parmi eux auront implanté des habitudes et des usages de masse chez les internautes. Ce sont ces services qui auront émergé qui sont intéressants, et malheureusement, il est extrêmement difficile de trier le bon grain de l’ivraie.

Cette recherche permanente de nouveaux usages et de nouveaux services donne une impression de bulle permanente. Sur des centaines de services ou d’idées annoncées, au bout d’un an, deux ans, il n’en restera qu’un ou deux qui auront véritablement un impact de fond, mais attention, cet impact pourra être majeur, et il dépassera souvent le simple domaine du web.

Comme d’autres sources, ce billet de Fred Cavazza pourrait vous sembler futile et participer d’un buzz incessant sur les nouveaux services du web. Ce buzz est insupportable pour beaucoup d’entre nous, mais parmi l’immensité de services bidons ou géniaux, de succès ou d’échecs relatifs se trouve sans doute les clefs de décryptage de la façon dont vont évoluer nos entreprises, nos administrations, nos relations sociales et notre environnement. Le buzz marketing est un mal nécessaire, contentons-nous donc de le prendre comme une façon de faire de la veille.

Je vous invite donc à lire le billet de Fred et plus généralement de suivre très attentivement ce qui se passe sur son blog. Vous serez guidé vers des services et des concepts plus ou moins valables, mais en tout état de cause, l’auteur fait un formidable et nécessaire travail de veille, de prospective et d’éducation.

4 commentaire(s)

  1. Par Oncle Tom, le 30 août 2007 à 12 h 58 min :

    Je me délecte de chacun de ses billets, de leur forte teneur en informations et de leur rédaction des plus agréables. Il réussit en plus à vulgariser ce qui au départ peut sembler barbare donc même les néophytes peuvent y trouver leur compte.

    Je suis aussi d’avis que le nombre de service va considérablement diminuer, notamment dans les réseaux sociaux car même moi ça me fatigue de devoir rajouter sur chacun d’entre eux les mêmes personnes dans ma liste de contacts.

    Il y a tant de marge de manoeuvre avant qu’on atteigne une forte maturité : meilleure modération du contenu (photo, vidéo, audio enfreignant le droit d’auteur), meilleure interopérabilité (DRM, ouverture des API de nombreux services) et meilleure accessibilité (fallait bien le caser ça).
    Maintenant que l’on arrive à correctement indexer les cotenus, il va falloir lui donner un sens avec la sémantique.

    Mais d’un côté, je crains que ça ne pousse à un certain élitisme tant il faudra maitriser de compétences pour concevoir LE site Internet idéal.

  2. Par François-Xavier Bodin, le 30 août 2007 à 14 h 49 min :

    Ah, un regard analytique sur la buzzosphère. Tant mieux : ça manque.
    Entre surenchère enthousiaste béate (trop fréquente) et pessimisme cynique (souvent navrant : je suis largué, donc je casse), le juste milieu : une lecture informative des nouveaux (?) services, une recherche de structure dans les macro et micro usages, soit instrumentés par ces services, soit innovés (je sais, innover est en principes intransitif…) et susceptibles de durer. Sur ce plan, le travail que publie Fred sur son blog est bien dosé.

  3. Par emotionchassepeche, le 16 septembre 2007 à 11 h 44 min :

    Je pense aussi qu’il faut en prendre et en laisser… Ca évolue tellement vite qu’il est plutôt difficile de tout évaluer immédiatement le bon et le méchant de chaque chose. Il est préférable de laisser la chance à toute nouvelle inovation du web quelque temps. Pour ma part, le WEB est juste une façon mode de voir les choses, ça passera quand les gens trouveront un autre mot mode pour le décrire.

  4. Par rambit, le 28 novembre 2007 à 0 h 46 min :

    Super cool tes infos…
    une belle façon de mettre cela en perspective.
    merci

Les commentaires sont fermés.