QualityStreet et ergonomes agiles

Par Élie Sloïm, le 22 janvier 2008, dans .

Je suis abonné depuis un bon moment au fil de syndication du blog QualityStreet, consacré notamment aux méthodes agiles appliquées à l’ergonomie. Il me semble que ce sujet mérite une attention toute particulière. Voici pourquoi.

Dans le monde du management de la qualité, il y a plusieurs façons d’aborder les problématiques de la qualité, de l’amélioration continue, ou de l’excellence. Certaines de ces approches reposent sur les résultats qualitatifs à atteindre, d’autres reposent plutôt sur les moyens à mettre en œuvre pour améliorer la qualité. Ces deux approches ne s’excluent pas, elles peuvent être complémentaires.

Pour différentes raisons que j’ai eu l’occasion d’expliquer dans différents articles, il m’a toujours semblé plus facile d’expliquer et sensibiliser mes interlocuteurs sur les démarches orientées résultats. Les référentiels que nous avons produit correspondent souvent à ce type d’approche. C’est le cas d’Opquast, du RGAA, et de différentes référentiels métiers rédigés par Temesis pour ses clients.

Bien entendu, avec ma formation initiale de qualiticien, je ne peux ignorer l’importance des moyens et des processus de management de la qualité. J’ai juste mis ça un peu en sourdine en m’efforçant de n’aborder a question des moyens qu’à travers les outils, je pense bien sûr à Mon-Opquast. Voici donc les raisons qui font que vous ne me verrez souvent parler que de résultats à atteindre et pas encore de moyens à mettre en oeuvre.

Bien évidemment, si vous vous fixez des résultats à atteindre en matière de qualité, vous allez forcément vous poser tôt ou tard la question suivante : « Quels moyens dois-je mettre en œuvre pour atteindre ces résultats?« , et vous agirez, par rebond, en quelque sorte. Vous pourriez également tenir un autre raisonnement, sensiblement différent : « Pourquoi ne pas améliorer mes processus et les moyens que je mets en œuvre, ce qui me permettra mécaniquement, par rebond, d’améliorer les résultats qualitatifs ?« .

C’est là que surgit l’autre versant du qualiticien Web, et peu importe qu’il soit encore dissimulé sous une carapace d’ergonome Web ou d’informaticien pur et dur, c’est bien un qualiticien Web. Qu’il s’appelle Jean-Pierre Vickoff, Amélie Boucher, Jean-François Nogier ou JC, le brillant rédacteur de QualityStreet, il délivre le même message : « Changeons nos méthodes, optimisons nos moyens, et efforçons-nous d’atteindre nos objectifs de manière plus rapide et plus efficace« . Certains se penchent plutôt sur les processus ergonomiques, d’autres repensent de fond en comble la gestion de projet.

Si vous sentez que vous commencez à avoir une bonne vision de la qualité d’un projet Web, je vous invite à vous pencher attentivement sur le blog QualityStreet. JC diffuse des connaissances et des concepts passionnants sur l’ergonomie agile et sur le métier d’ergonome. Vous comprendrez ainsi le travail qui reste à mener sur la qualité Web, surtout si vous gardez à l’esprit que ces méthodes ne s’appliqueront pas seulement à l’ergonomie, mais aussi à de très nombreux autres domaines de compétences. A ce propos, vous pouvez également vous intéresser aux travaux de Jean-Pierre Vickoff sur rad.fr. Bonne lecture.

Je vous conseille également :

  • Ergolab par Amélie Boucher
  • Le livre Ergonomie Web, également par Amélie Boucher, et préfacé par votre serviteur.
  • Usabilis par Jean-François Nogier
  • Et bien sûr l’incontournable et très riche RAD de Jean-Pierre Vickoff

4 commentaire(s)

  1. Hé bien, ça me coûtera moins cher qu’un autre livre à acheter 😉

    C’est amusant car j’ai découvert le concept des personas pas plus tard qu’avant hier (cf le dernier billet en date de Quality Street) dans le livre "Making the Web work" de Bob Baxley.

    Les méthodes agiles sont clairement intéressantes à adopter mais demandent pas mal de rigueur et de travail sur soi (je trouve). Mais les appliquer permet d’aiguiller des projets sur de nouvelles voies sans avoir à tout reprendre depuis le début ni enrager parce que le client n’a pas pensé à tout en signant le devis 😉

  2. En tant que développeur PHP, je cherchais, tout comme toi, à trouver les moyens à mettre en œuvre pour atteindre un objectif fixé. Depuis je me suis rendu compte que les décideurs étaient plus réceptifs lorsqu’on leur parlait de résultats plutôt que de moyens. Par contre, il est plus difficile par la suite de leur faire comprendre l’importance de la qualité dans un projet. Ils ne voient jamais quels avantages on peut retirer d’une démarche qualitative. Ils estiment toujours qu’il s’agit d’une perte de temps et d’argent.

Les commentaires sont fermés.