Pop-ups : les mortes-vivantes sont parmi nous

Par Élie Sloïm, le 17 juin 2015, dans .

Pendant longtemps, l’ouverture intempestive de nouvelles fenêtres, également appelées pop-ups, a été le cauchemar des internautes. C’était affreux, il y en avait partout, dès que vous cliquiez sur un lien, dès que vous vous rendiez sur un site, une ou plusieurs petites fenêtres s’ouvraient qui vous pourrissaient votre navigation. Heureusement les systèmes de blocages de fenêtres pop-ups ont fait disparaître ces cochonneries. Ouf, nous voilà soulagés. Oui, mais non. Vous vous trompez complètement, non seulement les pop-ups n’ont pas disparu mais elles sont plus que jamais parmi nous. On leur a juste donné d’autres noms. Et il faut que ça cesse.

Pop-ins, fenêtres modales, vidéos qui se lancent après un simple clic sur un lien, écrans instersticiels, écrans d’attente, fenêtres d’avertissement ou de promotion, tous ces éléments sont venus de façon insidieuse remplacer les pop-ups sur Internet.

Mais ça ne change rien, les effets sont les mêmes. Effet de surprise, retard pour accéder à la navigation, prise de contrôle sur le poste de l’utilisateur, actions non sollicitées, rupture dans le processus de compréhension de l’interface, demande d’actions pour accéder aux contenus et services. Ne cherchez pas tout y est. Vous êtes devant des pop-ups. Nous sommes en 2002. Vous vous êtes fait avoir.

Le blocage progressif des pop-ups par des extensions ou des navigateurs internet n’a finalement servi qu’à combattre pendant quelques années le mécanisme technologique mais absolument pas le fait d’ouvrir de nouvelles fenêtres. Et j’ose le dire : la situation empire, car les techniques se sont diversifiées, et les temps d’affichage sont je crois en train d’exploser.

Alors que faire ? À l’heure actuelle, nous avons le choix :

  • La première hypothèse consiste à penser que nous allons partir dans un nouveau cycle : blocage des pop-ups ou équivalents, puis mise en place de nouveaux mécanismes destinés à lutter contre ces affichages, puis de nouveau blocage par les internautes, etc.
  • La deuxième hypothèse est plus optimiste : les internautes vont finir par comprendre que les contenus et les services de qualité se payent, et que le modèle publicitaire est peut-être une impasse. Dans ce cas, je crois que nous allons devoir très vite trouver de nouvelles solutions et de nouveaux modèles économiques.

En attendant, profitez bien des fenêtres non sollicitées qu’on vous ouvre en permanence, et pensez à moi en train de vous susurrer à l’oreille : “tiens, une pop-up”.