Le point d’inflexion de la pub en ligne

Par Élie Sloïm, le 31 mars 2016, dans .

Depuis 25 mois, et donc 25 numéros, je produis un édito pour la lettre Opquast de la qualité Web. Ces éditos étaient jusqu’à présent réservés aux abonnés, mais certains ont de l’intérêt pour tout le monde. Je publierai de temps en temps des anciens éditos qui valent le coup. C’est parti, voici donc l’édito de mars 2016 qui concerne le point inflexion de la publicité en ligne, ce moment gênant où l’ajout de pub cesse d’être rentable et vous fait perdre de l’argent.

L’expérience nous le montre tous les jours : pour les sites qui vivent de la publicité, la tentation est forte d’en augmenter la quantité. Cela permet en théorie d’augmenter les revenus à travers les vues et le nombre de clics. Mais dans le même temps, cette augmentation de la quantité de pub – souvent couplée avec des pratiques très intrusives – a un effet direct sur la quantité de données, sur la taille des pages et la vitesse d’affichage. Or, de très nombreux chiffres prouvent qu’une mauvaise performance d’affichage a un impact direct sur le comportement des utilisateurs. Il doit donc arriver un moment où les bénéfices engrangés grâce à la publicité sont annihilés par les pertes dues aux utisateurs qui fuient le site, au nombre de pages vues qui baisse, au taux de rebond qui augmente et n’en doutons pas aux effets négatifs inévitables sur le référencement. Tout l’enjeu pour les éditeurs est de prendre conscience que ce point d’inflexion existe, de le détecter et bien-sûr de ne pas le dépasser. Il varie évidemment selon les sites, les contenus, le contexte ; mais à l’évidence, il est largement dépassé sur de nombreux sites en ligne.

Pour retrouver ces éditos tous les mois avec plein de liens issus de notre veille quotidienne sur la qualité Web, abonnez-vous à la lettre de la qualité Web

Opquast est également sur Twitter et Facebook