All posts by Élie Sloïm

Si vous travaillez ou passez du côté de Niort, je donnerai une conférence et une formation dédiées à la qualité Web les 10 et 11 octobre 2018. Les deux événements sont indépendants.

La conférence portera sur la qualité Web, et voici les principaux thèmes que je vais aborder .

  • RGPD, performances sécurité, accessibilité : gestion des risques Web
  • Principaux écueils sur les projets Web
  • Améliorer et industrialiser la qualité des sites Web
  • Coûts de non qualité et rentabilité des activités Web

Comme souvent, je vais profiter de cette conférence pour essayer de vous délivrer un état des lieux du secteur.
En ce qui concerne la formation, il s’agit d’un programme que nous déployons de plus en plus souvent avec nos partenaires, à savoir un programme mixte entre journée présentielle et deux jours de formation en ligne. la formation se termine par l’examen de certification Maîtrise de la qualité en projet Web.

La conférence du 10 octobre à 18h et la formation du 11 octobre toute la journée sont déjà tous deux bien remplis. La formation est presque pleine, mais nous avons envisagé la possibilité de faire une session supplémentaire. Dans tous les cas, il faut donc vous dépêcher de vous inscrire. Pour ceci, contactez le SPN de notre part, avec lequel nous organisons les deux événements.

Voilà, j’espère avoir le plaisir de vous croiser.

Conférence qualité Web le 10 octobre

Inscription gratuite mais obligatoire auprès d’alexis.nault@spn.asso.fr ou sur la plateforme Meetup. Attention, nombre de places limité !

Formation Sensibilisation à la qualité Web le 11 octobre

1 jour sur site : 11 octobre 2018 à Niort + 2 jours à distance

Toutes les infos pratiques dans le catalogue de formation SPN. Le nombre de places est également limité.

Depuis deux ans environ, nous étions amené à envoyer des petits cadeaux aux personnes qui passent la certification « Maîtrise de la qualité en projet Web ». Ainsi, nous avons envoyé environ un millier de courriers contenant un autocollant Opquast générique, un autocollant Opquast avec le rang obtenu et un badge épingle. Ce badge épingle est très sympa, mais avec notre système d’étoiles, il fait ressembler toute personne qui le porte à un général de l’armée.

En bref, nous n’avons jamais vu personne le porter et nous le comprenons fort bien. En revanche, les autocollants sont très prisés et nous en voyons très souvent collés sur le couvercle de vos ordinateurs portables.

À partir d’aujourd’hui, nous n’enverrons plus le badge épingle mais le remplacerons par un petit badge générique Opquast, de type pin’s (pour les gens comme moi qui sont nés au siècle dernier).

Pour ceux qui ont eu un badge épingle, gardez-le précieusement, c’est maintenant un collector. Tous ceux qui ont commandé leur badge jusqu’à présent vont quand même en recevoir un, mais ce seront les derniers.

À la fin de l’année 2018 et donc à partir du 1er janvier 2019, l’envoi gratuit des badges aux certifiés ne sera possible et gratuit que pour les certifiés individuels et chez nos partenaires entreprises. Pour les certifiés en écoles, cela sera toujours possible mais payant. Pas cher, certes, mais payant, les envois sont assez chronophages pour l’équipe.

Merci à tous de votre fidélité.

TGV (origine Pixabay)La rentrée d’Opquast et singulièrement la mienne promet d’être bien mouvementée. D’ici la fin du mois d’octobre, nous allons pouvoir nous retrouver ou simplement nous rencontrer à l’occasion d’une bonne série de formations et événements dédiés à la qualité Web. C’est parti.

  • Après le succès des deux sessions organisées en juin, nous proposons une nouvelle session de formation interentreprise de Sensibilisation à la Qualité Web à Limoges le 17 septembre 2018. Les stagiaires suivront une journée présentielle suivie ultérieurement de l’entraînement en ligne et du passage de la certification Opquast. Selon le succès de l’opération nous serons amenés à proposer une session supplémentaire le 18 septembre 2018. Pour vous inscrire, contactez l’Aliptic, l’Association Limousine des professionnels des technologies de l’information et de la communication.
  • Entre le 21 et le 27 septembre 2018, je serai sur l’Île Maurice en vue de conférences et formations dédiées à la qualité Web. Ces sessions sont organisées par Extension Interactive. Là aussi, je vous invite à vous rapprocher d’eux pour les aspects logistiques et administratifs.
  • Du 3 au 5 octobre 2018 aura lieu ParisWeb. Pour des raisons familiales, ce sera peut-être un peu compliqué pour moi de venir cette année, mais je vais faire l’impossible pour être là au moins une journée. Le programme est magnifique, et il est hors de question que je sois absent pour la première fois depuis 2006.
  • Les 10 et 11 Octobre 2018 auront lieu une conférence puis une formation interentreprise de Sensibilisation à la Qualité Web à Niort. Pour vous inscrire, contactez le SPN, le cluster des entreprises du numérique de l’ex Poitou-Charentes avec lequel nous organisons cet événement.
  • Le 16 octobre 2018, je présenterai une conférence intitulée « UX, accessibilité, performance, sécurité.. comment améliorer et maîtriser la qualité des projets Web ? » à 19h Laptop à Paris
  • Les 17, 18 et 19 octobre à Paris puis les 24, 25 et 26 octobre 2018 29, 30 et 31 octobre 2018 à Bordeaux auront lieu les deux prochaines sessions de formation de Référents Formateurs Qualité Web Programme et inscription (PDF, 436 Ko)
  • Les dates de la formation de mise à jour des référents formateurs qualité web et de l’Opquast day sont fixées. Ce sera respectivement les 5 et 6 décembre 2018 27 et 28 novembre 2018, mais nous aurons le temps de vous en reparler ici-même.

Au plaisir de vous croiser ici ou ailleurs 😉

La formation de trois jours référent qualité Web évolue et devient la formation Référent Formateur Qualité Web.

Le nombre de demandes de formations à la qualité Web augmente régulièrement. Nous assurons beaucoup de ces formations et nous allons continuer. Mais pour répondre à la demande et d’un point de vue plus général, il est normal que d’autres formateurs que nous diffusent la connaissance des bonnes pratiques.

Cependant, pour être un formateur qualifié et percutant, il ne suffit pas d’avoir passé la certification Maîtrise de la qualité en projet Web : il faut également avoir une vision de la qualité Web en général, des questions stratégiques et de la façon dont le sujet doit être déployé dans les entreprises.

Ce dernier aspect est traité depuis fort longtemps dans notre formation de 3 jours, Référent qualité Web. Plutôt que de créer un nouveau parcours pour les formateurs Opquast, nous avons donc décidé de faire évoluer cette formation Référent. Nous y intégrons à présent une partie dédiée aux questions liées à l’activité de formation. À partir des prochaines sessions, notamment des deux sessions d’octobre à Paris et Bordeaux, une grande partie de la troisième journée sera dédiée à la formation de formateur.

Si vous voulez devenir formateur, nous vous invitons donc fortement à venir à notre formation de 3 jours. Celle-ci portera maintenant le nom : Référent Formateur Qualité Web.

Si vous avez déjà suivi la formation référent, nous allons pouvoir vous aider à compléter votre cursus et vous aurez régulièrement accès à des journées de mises à jour. La formation de mise à jour des référents qualité Web qui aura lieu en décembre portera en grande partie sur ce sujet.

Informations pratiques

Formation Référent Formateur Qualité Web
Lieu : Paris, Bordeaux
Mode : Interentreprise
Prochaines sessions :
Paris : 17, 18 et 19 octobre 2018
Bordeaux : 24, 25 et 26 octobre 2018 – 29, 30 et 31 octobre 2018
Télécharger le programme et le coupon d’inscription (PDF-450ko)

Pendant longtemps, Opquast Reporting a constitué le principal outil et l’une des principales occupations de l’équipe de la société Opquast. Depuis, nous avons créé le système de certification de compétences Opquast Certified et beaucoup de choses se sont passées. Petite précision avant de commencer ce billet : nous parlons ici de l’outil opquast reporting, qui sert à l’évaluation de sites Web, et absolument pas des listes de bonnes pratiques qui sont et restent disponibles en public. Pas d’inquiétude donc, vous allez conserver l’accès aux bonnes pratiques 😉

Mais revenons à l’outil : le principe d’Opquast Reporting est de permettre de l’évaluation manuelle, assistée d’automates pour ce qui peut être automatisé. Nous l’avons pensé comme l’outil du référent qualité Web, mais depuis sa création, nous faisons face à plusieurs malentendus.

Tout d’abord, pour l’immense majorité des personnes qui cherchent un outil d’audit qualité ou accessibilité, l’objectif est d’obtenir des résultats instantanés et automatiques. Peu importe que l’audit soit partiel et que la couverture ne concerne que 20 à 30 % des tests : il faut que les résultats arrivent tout de suite.

Finalement, personne ou presque n’est prêt à passer de temps sur de l’audit manuel, à l’exception des gens qui sont payés pour ça, et ils sont peu nombreux. Cela réduit évidemment la cible. Qui peut être amené à faire de l’audit manuel de qualité et d’accessibilité ? Les référents qualité, les référents accessibilité, les experts qui travaillent dans des cabinets dédiés à l’accessibilité. Mais il faut savoir qu’en général, ces derniers adorent travailler avec leurs propres outils.

Cette priorité à l’audit automatique fait que les outils qui se sont développés ces dernières années font essentiellement de l’analyse automatique. L’analyse manuelle, toujours aussi nécessaire, est faite par des experts ou uniquement par des amateurs éclairés.

Alors, voilà : à Paris Web 2008, j’annonçais fièrement que tout le monde ferait du pilotage de parc sous trois ans, et je me suis trompé dans les grandes largeurs. Dix ans après, nous en sommes au tout début. Je pensais que la fonction qualité émergerait sur le Web et là aussi je me suis trompé de dix bonnes années. Ça vient, certes, mais pas aussi vite que j’aurais pu le croire.

Quoi qu’il en soit, nous avons décidé de nous concentrer sur l’acculturation qualité et accessibilité Web avec la certification « Maîtrise de la qualité en projet Web » et de réserver l’usage d’outils à ceux qui ont déjà les fondamentaux en matière de culture Web.

La conséquence de ces constats est la décision suivante :

  • Nous allons réserver Opquast Reporting et plus globalement les outils de suivi développés par Opquast aux clients et partenaires véritablement lancés dans la démarche.
  • L’accès gratuit à l’outil sera restreint début septembre, et nous ferons également le ménage dans les comptes ouverts sur l’outil.
  • Si vous êtes une agence partenaire, aucun problème, vous accéderez toujours à l’outil.
  • Si vous avez des données à récupérer, les exports d’audit sont disponibles, nous en conserverons évidemment une sauvegarde.

J’espère que cette décision constituera le début d’une deuxième vie pour cet outil. Merci de votre compréhension.

Opquast accueille plusieurs nouvelles écoles partenaires ce mois-ci. Encore une fois, la diversité des écoles et filières concernées montre de manière assez évidente l’intérêt et la transversalité de la certification « Maîtrise de la qualité en projet Web » pour les futurs professionnels du secteur.

  • Telecom Paristech est l’une des grandes écoles d’ingénieurs en France. J’y ai enseigné dans les années 2000. Depuis quelques années, la qualité Web n’était plus enseignée, ce sera maintenant le cas. Espérons que d’autres écoles d’ingénieurs décident de suivre cette école, parce qu’il y a beaucoup de travail à faire pour que le secteur informatique s’approprie les enjeux et les technologies du Web.
  • Skema BS est une école issue de la fusion entre l’Ecole Supérieure de Commerce de Lille et le CERAM Business School de Sophia Antipolis. elle est présente sur 3 continents, avec 6 campus en tout. Certains des directeurs de filières connaissent et pratiquent la qualité Web depuis plus années, notamment grâce au livre. Cette année, les responsables de la filière MDCE (Marketing Data et Commerce Electronique) ont décidé de former les étudiants à cette approche.
  • Pour finir, l’école de communication Sup’ De com existe depuis 33 ans et est implantée dans 10 villes en France. La direction nationale a décidé de mettre la qualité Web au programme, et en fin d’année 300 à 400 étudiants se formeront et passeront la certification Opquast.

Quand la technique, le business et la communication se mettent au service des utilisateurs finaux, il choisissent bien évidemment d’avancer sur la qualité Web.

Merci à ces trois écoles et aussi à toutes celles qui continuent à s’investir pour que ce sujet soit pratiqué et reconnu comme un des fondamentaux du Web. Si votre école veut rejoindre notre réseau, découvrez le partenariat écoles ou contactez-nous directement.

Le RGPD entre en vigueur aujourd’hui. La dernière version des bonnes pratiques Opquast, rédigée et validée en 2015 ne prend évidemment pas en compte les exigences de ce texte: en effet, Opquast s’applique aux sites Web et applications tandis que le RGPD s’applique à toutes les activités des entreprises.

Il y a quand même un certain nombre de bonnes pratiques qui entrent dans le cadre des exigences du règlement européen, ou tout au moins qui vont vous conduire à aller dans le bon sens. Je vais simplement vous les lister ici :

  • BP31. Les données contenues dans le Whois du site permettent de le relier directement à son propriétaire.
  • BP 37. Si le site propose un espace personnel ou abonné, il est possible de sauvegarder les contenus personnels dans un format standard
  • BP39. L’achat d’un produit ou service est possible sans création de compte.
  • BP71. Le site propose au moins un moyen de contacter le modérateur des espaces publics.
  • BP87. L’étiquette de chaque champ de formulaire indique si la saisie est obligatoire.
  • BP129. Si le site déclare respecter un ou plusieurs standards ou référentiels, un lien est proposé vers chacun d’entre eux.
  • BP169. Un lien de désinscription est présent dans chaque newsletter.
  • BP170. La désinscription depuis une newsletter ne demande pas de confirmation par courriel.
  • BP171. L’inscription aux newsletters est soumise à un processus de confirmation.
  • BP172. La désinscription aux newsletters est possible depuis le site.
  • BP175. La fréquence d’envoi des newsletters est consultable avant l’abonnement.
  • BP185. L’identité des prestataires impliqués dans les transactions est précisée.
  • BP 186. La politique de confidentialité et de respect de la vie privée est accessible depuis toutes les pages.
  • BP 198. La procédure d’accès et de rectification des données personnelles est décrite.
  • BP199. La création d’un compte est soumise à un processus de confirmation.
  • BP197. L’objectif des cookies et les limitations inhérentes à leur refus sont expliqués.
  • BP200. La création de compte est possible sans recours à un système d’identification tiers.
  • BP201. Les comptes ou abonnements ouverts en ligne peuvent être fermés par le même moyen.

Nous allons également ajouter trois recommandations :

  • Recommandation 17. La date de mise à jour des contenus contractuels est indiquée.
  • Recommandation 58. La commande ou la création de compte ne provoque pas d’inscription automatique à une newsletter.
  • Recommandation 61. Toute collecte d’information personnelle fait l’objet d’une explication ou d’une justification

La BP31 – première de la liste ci-dessus : Les données contenues dans le Whois du site permettent de le relier directement à son propriétaire – devient bien moins applicable, mais toujours intéressante à vérifier (y a-t-il des données personnelles dans le Whois ?)

Alors, voilà, comme nous sommes des gens très sympathiques, nous vous proposons un lien que vous pouvez faire circuler avec cette petite liste :

Cette liste n’est pas suffisante pour être conforme au Règlement Européen sur les Données Personnelles, mais respectez-la et vous verrez, vous serez mieux, mais alors beaucoup mieux.

Petites remarques : vous avez encore une fois une preuve que les bonnes pratiques Opquast sont valables et durables. N’attendez pas qu’elles entrent dans la loi pour les appliquer (et pour vous former et passer la certification :p )

La prochaine session de formation Référent qualité Web aura lieu à Paris les 13, 14 et 15 juin 2018. Les stagiaires auront droit à deux formateurs à savoir Laurent Denis et moi-même.
Cette formation s’adresse aux futurs managers de la qualité Web. Lors de la dernière sessions, les stagiaires nous ont indiqué qu’elle pourrait également s’appeler Devenir chef de projet web.
Voici les derniers témoignages :

Ce que vous avez préféré

  • Audit, acquisition des bases tech web
  • J’aime parler avec vous et surtout avec les autres participants
  • Me poser des questions sur la qualité web et l’atteinte des objectifs inhérents
  • Prendre de la hauteur par rapport à la technique pour aborder la question de la stratégie , le modèle global VPTCS, les enjeux / risques liés à la prise en compte de la qualité web, la confrontation de différents points de vue des participants en fonction de leur métiers, les mises en situation
  • Le contenu et déroulé de la formation est très bien, la pose du socle commun était bienvenue. Tout le programme de la 3ème journée est parfait : pédagogie, jeux de rôle, coaching, méthodo, arguments…

Votre avis général

  • Très bonne formation, bonne pédagogie de la part des intervenants
  • Très bonne formation dans l’ensemble, permet une vue dans d’ensemble et une approche intéressante de la qualité.
  • Très très bien. C’est pas très objectif 😉
  • Une satisfaction particuliere
  • Sur 1 journée (la dernière), la piqûre de rappel nécessaire pour moi

Infos pratiques

  • Dates : 13, 14 et 15 juin
  • 3 jours – 21 heures
  • Lieu : Paris 11e
  • Tarif : 2490€ HT – Prise en charge possible par votre OPCA, organisme de formation inscrit au Datadock et certifié par l’AFNOR en formation professionnelle
  • Plaquette et coupon d’inscription PDF – 446ko

Je donnerai successivement une conférence et une formation à Limoges les 6 et 7 juin 2018. Ces deux événements sont proposés dans le cadre d’un partenariat avec le cluster Aliptic. En pratique, nous nous retrouverons le 6 juin à 18h pour une conférence dédiée à la qualité Web et à ses différentes dimensions : performance, accessibilité, gestion des données personnelles, ergonomie et UX… Mon intervention sera suivie d’échanges avec des professionnels d’entreprises, des personnes de l’Aliptic et avec le public. L’ensemble devrait se terminer vers 19h30.
Le lendemain, soit le 7 juin- aura lieu une formation dédiée à la maîtrise de la qualité en projet Web. Les stagiaires passeront toute la journée avec moi. À la fin de la journée, ils auront accès à la plate-forme d’entraînement et de préparation en ligne et passeront l’examen en ligne en fin de parcours un mois après la journée présentielle. Les adhérents de l’Aliptic ont droit à un tarif réduit.
Les deux événements auront lieu à Esther Technopole.
Si vous souhaitez venir à la conférence ou vous inscrire à la formation, dépêchez-vous vraiment car les places partent très rapidement, notamment pour la formation.
Voilà, j’espère avoir le plaisir de vous croiser.
Ci-dessous, l’annonce de l’événement par Aliptic sur twitter.

Petite précision : je ne suis plus Président de Temesis, mais sinon, tout est vrai 😉

Edit 31 mai : la formation du 7 est bien remplie, nous mettons en place une nouvelle date le 8 juin.

Hier matin, j’ai vu passer un échange sur twitter à propos d’une des bonnes pratiques Opquast. La bonne pratique en question est la suivante : Le titre de chaque page permet d’identifier le site. En résumé, cette bonne pratique suggère que lorsqu’il est sur un site, un utilisateur a besoin de savoir sur quel site il se trouve.
Dans la discussion qui a suivi sur twitter, Nicolas Hoizey, l’un de mes amis, expliquait à un autre intervenant qu’il avait délibérément décidé de ne pas respecter cette bonne pratique sur son site personnel.

La discussion qui a suivi sur twitter portait sur l’importance de cette information pour les moteurs de recherche.

La discussion date d’il y a quelques mois et visiblement, l’argument moteur de recherche n’avait pas suffi à faire changer Nicolas de position.

Il se trouve que cette bonne pratique est l’un de mes exemples préférés et que je l’utilise très fréquemment en formation. J’ai donc décidé de mettre mon grain de sel.

Les contextes d’usage

Plutôt que de poser la question sous l’angle d’un usage spécifique (moteur de recherche, par exemple), j’ai décidé d’aborder le sujet en posant la question des contextes dans lesquels l’information est utile aux utilisateurs.

Le titre des pages, autrement dit le contenu de l’élément title, est susceptible d’être perçu par les utilisateurs dans un certain nombre de cas :

  • Affichage dans les pages de résultats des moteurs de recherche (SERP – Search Engine Page Results)
  • Affichage dans les onglets de navigateurs
  • Affichage dans les fenêtres de navigateurs
  • Vocalisation par les lecteurs d’écran
  • Envoi de liens sur les réseaux sociaux
  • Envoi de liens dans les messageries instantanées
  • Affichage de la liste de favoris
  • Affichage de l’historique de navigation
  • Enregistrement de la page sur un ordinateur.

Autrement dit, dans tous ces contextes, le fait de ne pas mentionner le nom du site peut conduire au fait que l’utilisateur ne puisse pas savoir sur quel site il se trouve, ou qu’il ait un peu plus de mal, ou qu’il mette un peu plus de temps à avoir cette information.

Les contextes d’usage

Une fois que ces contextes sont listés et portés à votre connaissance, vous êtes en capacité de prendre des décisions.
De notre côté, nous n’avons pas à décider pour vous en vous disant « faites-le ». Ce n’est pas notre travail. Nous pouvons simplement lister ces contextes et vous laisser prendre la décision de créer un élément title solide, en connaissance de cause. Vous n’êtes pas des professionnels hors sol. Lorsque vous faites quelque chose, vous en mesurez les conséquences. Et vous avez parfaitement le droit de décider de ne pas respecter des règles, c’est même à cette capacité qu’on reconnait les meilleurs professionnels. Ils savent jouer avec les contraintes, les respecter ou ne pas les respecter.

Ce qui est beaucoup plus gênant, c’est de prendre des décisions sans en connaître ni en mesurer les conséquences. Et le problème, c’est que si vous ne connaissez pas les contextes, vous n’êtes pas en mesure de prendre des décisions éclairées.

Dans ce cas précis, et suite à notre discussion, Nicolas a réagi sur l’usage vocalisation par des personnes non-voyantes. Et il a décidé de s’occuper de cette bonne pratique sur son site. C’est simple, une fois qu’on a les informations. Ensuite, il a décidé, et ça c’est son affaire, il fait ce qu’il veut.

De l’autre côté de l’écran

Nous sommes face à l’un des principaux problèmes de la qualité Web mais aussi et surtout de l’accessibilité. Pardonnez-moi l’expression, mais les professionnels sont aveugles à tout un tas de contextes utilisateurs, à commencer par celui des personnes qui naviguent sans support visuel mais aussi de ceux qui ont des problèmes moteurs, ceux qui utilisent leur clavier, ceux qui n’ont pas confiance, ceux qui sont un peu déstabilisés par le numérique, ou ceux qui n’ont pas la culture que nous avons dans nos agences et directions du digital.

Nous passons notre vie avec nos petites certitudes, nos « chez moi ça marche », nos contextes utilisateurs supposés ou imaginés, notre perception faussée de ce qu’il se passe de l’autre côté de l’écran. Et en fait, nous ne voyons rien, nous ne savons rien, nous imaginons un utilisateur moyen, qui nous arrange bien pour réfléchir. Oui mais voilà, il y a une infinité de contextes et nous devons les connaître. Pour décider.

Ce qui nous motive

Notre enjeu immédiat est de faire en sorte que les professionnels du Web puissent exercer leur métier en connaissant les utilisateurs, les contextes et les usages. C’est une condition sine qua non pour que notre industrie et nos sites s’améliorent.

Nous avons effectué un travail énorme sur les formations initiales Web. Aujourd’hui, quand vous sortez d’une école Web, nous avons fait en sorte que vous soyez en mesure d’acquérir ces connaissances et ces compétences. Mais si vous faites de l’informatique, à l’exception de Telecom ParisTech qui nous a accueillis et qui est en train de devenir partenaire, les écoles d’ingénieurs produisent des milliers d’informaticiens qui ignorent tout de ce sujet. C’est dramatique. Vraiment. Si vous êtes étudiant et que votre école ne vous fait pas passer la certification Opquast, allez en parler à votre responsable pédagogique. C’est important.

Le deuxième problème concerne les professionnels en poste et les demandeurs d’emploi. Nous sommes en plein dedans, mais ce n’est pas simple, car la plupart croient avoir déjà ces compétences, tandis que beaucoup d’autres pensent que la qualité et l’accessibilité des sites web sont de simples questions de conformité technique. Mais en fait, à nos yeux, ce sont d’abord et avant tout des sujets liés au professionnalisme du secteur.

Le dernier point concerne les acheteurs de sites qui croient à tort que la qualité des sites Web est portée par les seuls prestataires, alors que c’est faux. C’est un sujet qui est aussi et SURTOUT porté par les maîtres d’ouvrage, les annonceurs, les contributeurs, les métiers. La meilleure des agences Web ne pourra pas produire un bon site pour un client qui n’a pas de contenus ou services.

Alors, voilà, au boulot. En connaissance de cause.

ipsum efficitur. tristique risus. Donec commodo Curabitur Praesent velit, dolor. neque.