All posts by Laurent Denis

De prime abord, rendre accessible un service en ligne consiste essentiellement à se conformer aux exigences normalisées des standards internationaux (WCAGWeb Content Accessibility Guidelines). Mais le rendre effectivement accessible à tous est un poil plus amusant : au-delà de cette stricte conformité technique au standard d’accessibilité, il faut s’attaquer à de l’expérience utilisateur, ou plutôt à l’expérience de tous les utilisateurs. Que ce soit dans un lecteur d’écran, au clavier, dans une loupe, avec un paramétrage du navigateur… l’UX d’un candidat à un examen pose quelques questions de plus que cette seule conformité aux WCAG. Quelles sont ces questions et où en sommes-nous pour les plateformes de formation et d’examen Opquast Certified ?

L’interface de l’examen Opquast (et des quiz du parcours de formation, alignés sur celui-ci), n’est pas si simple. Pour le décrire rapidement, il se compose de questions, auxquelles on peut répondre et/ou qu’on peut marquer à revoir, avant de passer à la suivante. C’est le mode « Simple ». Mais il y a aussi un mode de navigation totalement libre dans les questions composant l’examen. Il s’agit notamment de rendre chacun de ces modes bien identifiable, utilisable, et de bien articuler les deux.

Techniquement, c’est trivial. Pour caricaturer : on met de la compatibilité clavier et de l’ARIA là où il faut et basta. Après, débrouille-toi, camarade. Mais en réalité, il y a des utilisateurs. Avec des stratégies, des usages, des pratiques. Qui ne sont pas nécessairement celles prévues. Qu’on ne va pas se contenter de laisser se dépatouiller avec tout ça. Alors ?

Travailler avec ces utilisateurs a fait apparaître une exigence majeure, au-delà de l’accessibilité formelle : la fluidité. Quand il s’agit de répondre en un temps limité à un ensemble de questions, il faut impérativement pouvoir consulter chaque contenu de question sans perte de temps. Il faut impérativement pouvoir passer à la question suivante sans perte de temps. Il faut encore pouvoir accéder, toujours sans perte de temps, à la navigation libre, ainsi qu’aux questions laissées sans réponse. Il faut encore pouvoir accéder, là encore sans perte de temps, aux questions qu’on a au passage marquées « à revoir ». Il s’y ajoute, dans les quiz du parcours de formation, l’accès à l’indice et au corrigé associé à la question. Tout cela compose un interface visuellement claire (après un travail important effectué en début d’année), mais dont la composition est évidemment plus délicate à percevoir sans le support visuel (lecteur d’écran). Et avec de nombreux boutons et autres composants avec lesquels interagir au clavier.

Il ne suffit donc pas que ce soit accessible : ça doit être fluide. Avec des modes d’interaction qui ne sont pas forcément ceux qu’on prévoit. Et en composant avec les contraintes imposées par une solution technique pré-existante que l’on peut adapter… dans la mesure du possible.

C’est donc assez amusant. Disons. Plus sérieusement, l’accessibilité de l’examen de certification Opquast Maîtrise de la qualité en projet Web est de ce fait, nécessairement, une affaire d’amélioration continue. Pas à pas. Ce n’est pas parfait, mais on avance. Voici les pas supplémentaires que nous venons de faire :

  • la totalité de l’interface de quiz est désormais pleinement utilisable au clavier (le mode Navigation libre ne l’était pas jusqu’ici) et, j’espère, rendu « fluide ».
  • de même, l’interface est à présent totalement exploitable dans un lecteur d’écran. Nous avons fortement amélioré le mode « simple » dans un lecteur d’écran. Nous avons rendu accessible dans celui-ci le mode « navigation libre » (il était jusqu’ici masqué). Pour la fluidité dans le lecteur d’écran… on va déjà expérimenter ce que ça donne.

Il y a quelque chose d’encore plus intéressant dans ce travail : le moment où on s’aperçoit que la stratégie qu’on suit atteint ses limites. C’est en améliorant l’accès qu’on s’aperçoit, parfois, qu’il faut reprendre plus en amont le fonctionnement de l’interface pour franchir une marche de plus. Je sais, après cette mise à jour importante, que c’est dans une autre direction qu’il va falloir aller pour progresser (pour les curieux, passer en mode application).

Un rappel, enfin : la formation Maîtrise de la qualité en projet Web et son examen de certification sont (évidemment) ouverts aux candidats en situation de handicap. Les vidéos et conférences sont sous-titrées et accompagnées de leur transcription. Plusieurs personnes aveugles et sourdes ont déjà suivi la formation et passé l’examen.

Il est possible de passer l’examen en quart ou en tiers-temps (nous contacter lors de l’inscription ou via votre école/agence partenaire).

Mais surtout, si vous êtes dans ce cas : nous sommes particulièrement preneurs de vos retours en temps réel sur la plateforme de formation. Si vous le voulez bien, nous pouvons échanger en cours de parcours de formation de manière à apporter des améliorations immédiates (quand elles sont possibles). Si ces améliorations concernent l’interface de formation, vous les retrouverez aussi lors de votre examen 😉 N’hésitez pas !

L’accessibilité d’une épreuve de QCM de 125 questions en temps limité (même en tiers temps) ne se joue pas seulement à l’accessibilité technique des différents composants de l’interface de quiz : c’est aussi, et en fait surtout, une question de choix d’utilisabilité. Notre outil, par ailleurs, nous impose des contraintes dans les adaptations que nous pouvons y apporter. Nous avançons donc pas à pas, en amélioration continue, avec l’aide précieuse des candidats non-voyants qui suivent la formation en ligne et se présentent aux épreuves blanches, avant l’épreuve finale. Nous avons pu grâce à eux tester différentes approches ou solutions.

Nous avons plusieurs composants d’interface à rendre accessibles : un formulaire par question, des boutons de validation des réponses et de passage à la question suivante, une grille de navigation qui permet d’accéder directement à n’importe quelle question, un bouton et un affichage de marquage de questions à revoir, un décompte du temps et du nombre de questions restant à traiter, une fenêtre modale finale demandant de confirmer la commande « J’ai terminé » et permettant, sinon, de revenir au quiz.

Nous avons rendu accessible le formulaire de question (via les éléments d’accessibilité habituels de formulaire et ARIA pour les cases à cocher/boutons radio sur mesure) et le bouton de validation, de manière à ce que la question suivante soit immédiate lue. Mais le plus intéressant, à la suite de nos échanges avec les candidats, a été de devoir finalement adapter le code du formulaire de questions/réponses de manière à faciliter sa consultation… sans passage en mode formulaire dans le lecteur d’écran : ceci permet concrètement de gagner un temps important en économisant beaucoup d’interactions et de commandes dans le lecteur d’écran. Dans une utilisation finalement très linéaire de cet interface de quiz, où nos candidats aveugles répondent question après question, le maître mot est « fluidité » !

La grille de navigation est pour l’instant masquée dans les lecteurs d’écran. Ce n’est pas formellement accessible, certes. Mais notre souci, là encore, n’est pas vraiment technique : il s’agit plus d’utilisabilité d’une liste de 125 liens, libellés sous forme du numéro de la question. Visuellement, elle indique clairement quelles sont les questions traitées et celles restant à traiter. L’alternative pour le lecteur d’écran est une simple question de contenu alternatif masqué à l’affichage. Mais devoir parcourir linéairement cette liste via la synthèse vocale s’avère beaucoup trop long pour que ce soit réellement utile.

Le dilemme est le suivant : mettre à disposition le contenu tout en sachant qu’il sera difficilement utilisable avec un lecteur d’écran et qu’il rendra les pages trop verbeuses… ou bien le masquer et rendre la navigation plus fluide. Il n’y a pas de réponse simple. Une solution pourrait être de proposer le choix aux utilisateurs (ce qui induit cependant un autre niveau de complexité…). Nous avons finalement prévu une autre approche. Après plusieurs essais, en lien avec nos candidats et à partir de leurs retours, nous avons déterminé notre prochaine étape : masquer dans cette liste tous les numéros de questions traitées au lecteur d’écran et ne conserver que les non traitées. Notre utilisateur non-voyant ne disposera pas des fonctionnalités (trop) complètes de navigation, mais il aura, et c’est plus intéressant, un accès rapide et aisé à l’essentiel: ce qui lui reste à faire.

La grille de navigation et celle des questions à revoir nous posent également un autre souci : permettre un accès très rapide à ces deux composants en cours d’épreuve, et pouvoir revenir ensuite rapidement au fil des questions successives. Les landmarks & rôle aria correspondants nous y aideront.

En ce qui concerne la question du décompte de temps et du nombre de questions restant à traiter, nous avons traité cela au plus simple, là encore à partir des retours d’expérience de nos candidats lors des examens blancs : le décompte du temps est finalement masqué… car il s’avère en fait beaucoup plus pratique d’avoir son propre « timer » à l’aide, par exemple, de son mobile, plutôt qu’un rappel à intervalles réguliers automatisé, difficilement et lourdement paramétrable, en fait plutôt dérangeant.

Le nombre de questions à traiter, lui, est en revanche disponible lors du passage à chaque nouvelle question, au plus simple, avec une mention « question X sur 125 » en début de chacune.

Nous tenons à remercier les utilisateurs non-voyants qui nous aident à faire ce travail. Sans eux, il serait impossible de détecter véritablement les attentes et contextes d’utilisation. Merci notamment à Pierre Reynaud pour son aide, et au passage, bravo pour son score.

Nous répondons aujourd’hui à une demande de longue date, concernant la préparation de l’examen de certification Opquast.

Continue reading

La checklist Opquast Web mobile est à présent disponible dans sa version 1.0, à l’issue du dernier appel à commentaire que nous avons lancé en décembre dernier. Elle comporte finalement 26 bonnes pratiques qualité dédiées aux déclinaisons mobile des sites et services et ligne, concernant l’interaction et la navigation, la présentation, les contenus multimédia et les performances.

Continue reading

Le 16 décembre dernier, l’Opquast day a été l’occasion de présenter aux partenaires Opquast notre toute dernière checklist qualité, consacrée au Web mobile. Ces trente-cinq bonnes pratiques pour les différentes formes de prise en compte du mobile (hors applications) portent sur les aspects interaction, navigation, présentation, multimédia et performances. Elles offrent un premier socle de critères qui, nous l’espérons, feront consensus sur leur utilité, leur vérifiabilité et leur valeur ajoutée pour l’expérience utilisateur.

Continue reading