Opquast.org, un double chantier renouvellé

Par Laurent Denis, le 17 juin 2005, dans .

Opquast.org devient aujourd’hui l’atelier Opquast, au service de la communauté de pratiques Qualité des services en ligne.

Le formidable travail accompli en 2004 par l’ensemble des contributeurs à partir de la liste initiale des bonnes pratiques de la société Temesis, sous l’impulsion continue donnée par Elie Sloïm et Fabrice Bonny, fondateurs et directeurs du projet, a permis la publication du Référentiel 0pquast 1.0 en septembre 2004.

Mais la qualité Web est un chantier permanent. J’en veux pour preuve la refonte complète du classement des bonnes pratiques que vient de réaliser Elie Sloïm, pour nous permettre de développer un référentiel plus orienté utilisateur, plus opérationnel, et plus évolutif.

Plus globalement, comment faut-il faire évoluer les bonnes pratiques existantes ? Quelles nouvelles bonnes pratiques faut-il construire ? Comment répondre non seulement aux besoins du Web, mais aussi à ceux, plus spécifiques, des services intranet ? Pour faire face à toutes ces questions, nous avons décidé de proposer ce nouvel espace de discussion à la communauté des webmestres et des utilisateurs, avec un double projet :

  • permettre à la communauté de préparer le Référentiel 2.0, non seulement à travers ses discussions, mais surtout grâce à l’édition en ligne des bonnes pratiques. Pour cela, nous avons désormais recours à un wiki-workflow issu de MediaWiki, adapté au circuit de validation des bonnes pratiques ;
  • développer et diffuser par la suite ce wiki-flow, nouvel outil collaboratif dédié à l’élaboration de référentiels qualités internes ou externes, en tant que logiciel libre.

L’atelier Opquast est donc à la fois une invite à reprendre le chantier permanent des bonnes pratiques et un banc d’essai de cette application (actuellement en version 0.1, ce qui en dit long sur l’indulgence que nous espérons de votre part 😉 ).

Au fil des différentes étapes d’élaboration des bonnes pratiques, chacun d’entre vous peut :

  • Soumettre de nouvelles bonnes pratiques, dans un interface facilitant leur structuration ;
  • Mais aussi éditer et modifier les propositions retenues, afin de définir par consensus leurs niveau, libellé et objectifs ;
  • Editer et modifier de la même manière les solutions techniques et les moyens de contrôle des bonnes pratiques parvenues au stade de projet ;
  • Etre averti, lors de ces modifications, de la liste des bonnes pratiques interdépendantes dont il devra alors tenir compte (ce qui était l’un des enjeux de la refonte du classement opérée par Elie Sloïm) ;
  • Accéder aux listes de bonnes pratiques n’ayant pas encore de libellé, d’objectifs, de solutions techniques ou de moyens de contrôle. De la même manière, notre outil liste les bonnes pratiques dont il reste à déterminer le niveau, la rubrique ou le service ;
  • Consulter la liste des bonnes pratiques candidates jugées prêtes à entrer dans le référentiel final ;
  • Comparer l’état en cours d’une bonne pratique et sa dernière version officielle (c’est à dire sa version 1.0 actuellement) ;
  • Intervenir dans les pages de discussions associées à chaque bonne pratique, à tous les stades, ainsi qu’à propos de chacune des nouvelles rubriques de classement des bonnes pratiques.
  • Consulter la liste des dernières modifications effectuées sur les bonnes pratiques et dans les pages de discussions. Chacun dispose également d’une liste de suivi personnalisable des pages modifiées.

Ceux d’entre vous qui sont familiers de l’édition wiki ne seront pas dépaysés par la façon dont nous l’avons adaptée. Aux autres, qui vont peut-être en faire la découverte, disons clairement: N’hésitez pas ! Ce contenu est le vôtre. Intervenez dans chaque espace qui vous est offert, qu’il s’agisse de proposer, de corriger, de compléter, de créer , dans le respect de la règle de recherche du consensus et des conditions d’utilisation à la base de cette collaboration.

Nous ouvrirons d’autre part dans les prochaines semaines les sections du site consacrées au développement de l’outil, lorsque nous aurons recueilli vos réactions, et pourquoi pas, vos offres de participation à son développement. Différentes innovations sont d’ores et déjà prévues. Le chantier est ouvert ! 😉

Laurent Denis,
Responsable de l’atelier

3 commentaire(s)

  1. Ce passage au wikiflow est en fait une évolution logique de WikiMedia, étant donné ses capacités de catégorisation et de nommage.

    Mais je vois une différence majeure entre notre application atelier wiki-flow et le projet de WikiMedia :

    • pour WikiMedia, il s’agit de permettre à la communauté de gérer un worflow générique, à l’aide d’états tout aussi génériques : "published", "stable", "edit copy/live copy", "deleted"…. C’est d’ailleurs la grande force du projet ;
    • pour l’atelier, il s’agit de permettre aux responsables de l’élaboration d’un réferentiel donné de gérer leur propre workflow avec ses spécificités :
      • l’outil doit s’adapter à des modes variés de prise de décision, depuis le vote communautaire (type WikiMedia) jusqu’à la sanction autocratique et centralisée des décideurs.
      • l’outil doit pouvoir gérer des états de workflow génériques (pour des référentiels à structure floue), mais aussi des workflow très spécifiques (du type Opquast avec nos 4 états de bonne pratique et notre structure en 4 sections)

    Quoi qu’il en soit, lorsque WikiMedia en sera là (donc en version 2.0), il y aura évidemment des synergies opensource à chercher de part et d’autre…

Les commentaires sont fermés.