Outil manuel ou automatique ?

Par Élie Sloïm, le 7 avril 2006, dans .

Je reçois de temps en temps des messages de personnes qui n’arrivent pas à utiliser Mon-Opquast, et la cause est toujours identique : certains attendent d’Opquast une évaluation automatique de la qualité de leur site.

A titre d’exemple, voici un échange par e-mail qui je dois bien le reconnaître, m’a particulièrement plu :

Bonjour,
Comment cela : effectuer l’auto-évaluation de mon site, pardonnez-moi mais je suis webdesigner et non novice en la matière, donc s’il s’agit de vérifier chaque point un par un selon vos critères votre service est un piège à neuneu, donc autant le préciser, isn’t it ??? Je pensais qu’il y avait une automatisation et vous gagnerez des clients lorsque vous serez capables de proposer ce service…
On ne va passer des heures à vérifier que tout soit en accord avec vos critères , c’est beaucoup trop long !!!
Cordialement, M. L.

Bon, évidemment, je suis allé voir les sites de cette personne, et évidemment, ce fut l’horreur. Du flash, ce qui en soi n’est pas gênant, mais du flash mal fait, mal implémenté, des sons, des musiques des interactions immondes, une interface full flash, des menus qui changent tout le temps, pas de texte dans les pages, pas de mentions légales, et le tout effectué pour des vrais clients de la « vraie vie ». J’ai donc répondu la chose suivante :

Bonjour, Pas de problème, il faut croire que ce n’est pas assez clair. Je vous invite donc à fermer votre compte.%% Par ailleurs, je suis allé voir vos sites, et je pense que même si cette démarche est longue, vous ne perdriez pas votre temps en essayant d’y répondre. Mais ça n’est qu’un avis personnel. L’essentiel est que vos clients soient contents.
Cordialement
Elie Sloïm

Mais je n’étais pas au bout de mes peines. Lisez la suite, c’est que du bonheur :

Vous êtes allé voir mes sites, donc vous avez du vous apercevoir qu’ils sont déjà assez bien optimisés compte tenu du contenu qualitatif et quantitatif, donc oui je pense que je perdrai de mon précieux temps à vérifier tous les points… De plus toutes vos recommandations ne prennent pas en compte les propriétés liées à l’utilisation de Flash.
Evidemment en fermant mon compte je fais part de mon insatisfaction et donc je ne m’empêcherai pas de vous faire de la publicité négative, car il y en a marre de toutes ces entreprises qui proposent soit-disant de nouveaux services en prenant les gens pour des …- du genre pour vérifier tous vos points je dois surfer pendant des heures, et encore je ne suis pas amateur, donc vraiment à préciser sur votre site avec une transparence réelle que vos services se proposent d’aider les débutants, pas vraiment les pros ! Ca s’appelle de la com, pas difficile de rendre ça clair, je dirai plutôt volonté manifeste de rendre les choses troubles, donc à bon entendeur salut…
Enfin merci de m’avoir donné une réponse,
Cordialement
M. L.

Bon, il n’a pas tout à fait tort sur un point, nous devrions être encore plus clair sur le fait qu’Opquast n’est pas un validateur automatique, mais un outil de contrôle et d’auto-évaluation manuel de la qualité. Nous indiquons bien à chaque fois « Mon-Opquast vous permet d’évaluer votre site », et pas « Mon-Opquast évalue votre site ». Probablement pas assez, pour certains. Mais comment leur expliquer que leur attente d’un outil presse-bouton ne sera pas satisfaite ?

Cela étant dit, nous n’allons pas corriger et insister lourdement, et ce pour deux raisons :

  1. Pour l’immense majorité des utilisateurs, il n’y a pas de problème majeur à faire une auto-évaluation.
  2. Qui sait, vous pourriez peut-être voir arriver un validateur automatique de certaines bonnes pratiques (la totalité est une franche utopie, regardez les bonnes pratiques, et vous comprendrez tout de suite).

Note : si vous percevez ce deuxième point comme un teasing, vous avez raison 🙂

Mais le plus intéressant n’est pas là. Imaginez-vous un seul métier de la vraie vie, où le contrôle de la qualité soit une activité presse-bouton?

  • Tu es plombier ? Appuies sur ce bouton et la réponse te sera donnée.
  • Tu es secrétaire ? Appuies sur ce bouton et ton document sera relu et corrigé.
  • Tu es pilote d’avion ? Laisse tomber la check-list, le pilote automatique s’en charge.

Il y a quand même un truc fondamental à comprendre et je crois qu’il n’est que temps :
Les métiers du web sont des métiers comme les autres. L’obtention d’un niveau de qualité elevé nécessite de passer du temps. Personne ne va vous y obliger, mais personne ne le fera à votre place. En revanche, des outils peuvent vous aider. Ils peuvent être automatiques ou manuels. Vous avez besoin des deux.

Je reviendrai très bientôt sur ce sujet dans un autre billet que j’ai écrit il y a quelques mois, mais que je n’ai pas encore pris le temps de publier.
A bientôt
Elie

12 commentaire(s)

  1. J’aime beaucoup la comparaison (très pertinente) avec le contrôle qualité.

    Je sens qu’il va y avoir du Mon-Opquast pour le suivi qualité de mon projet de stage 😉

  2. je rajouterai :
    tu es médecin ? appuie sur un boutonb et il sera guéri 😉

    Il est vrai que confronté à une scertaine médiocrité quotidienne alliée à des tarifs parfois honteus le doux monde du webmaster n’est pas rose .

    mais cela bouge 😉

  3. Et oui, il y en a encore des comme ça. Ca me rappelle le genre de réponse que l’on recevait (dans le meilleur des cas) il n’y a pas si longtemps des développeurs de SPIP (logiciel ô combien connu et utilisé) quand on leur proposait des améliorations constructives sur les problèmes de code html du logiciel. Et le genre de réponses que l’on reçoit encore ici et là, sur des forums, des mailing list.

    Sur cette problématique, Tristan Nitot fait un constat bien ciblé, et très juste. Faire des sites totalement en html, c’est très lucratif, surtout dans la durée. Si en plus le client grand public demande ce genre de chose (et il le demande, il faut passer du temps à lui expliquer voir lui démontrer en quoi c’est mal, bref il faut éduquer le client aussi), c’est un cercle vicieux. Un petit cercle heureusement, comparé à la situation à la fin des années 90.

  4. Bonjour,
    Je ne suis pas l’auteur des mails (et des sites flash – pour la petite histoire le nom flash vient du fait que sur ces sites, les spiders Google et autres y font des visites "flash") dont vous parlez. Je fais cependant parti des gens qui vous ont écrit – et vous m’avez d’ailleurs aimablement répondu – pour vous faire part de ma surprise quand à la non automatisation de la tâche en question.

    Je persiste et signe. Maintenant que je connais mieux votre service, il est en effet dans mes bookmarks mais je maintiens que votre communication n’est pas adapté. Votre outil est présenté et est vu par les visiteurs (mais apparement pas la majorité) comme dans la série des outils de validation de code du W3C. Puisqu’il s’agit d’autre chose, pourquoi communiquer sur le même niveau que ces outils?

    Bon courage

    Emmanuel Douaud

  5. Bonjour Emmanuel,

    Je pense que vous nous avez trouvé via une liste d’outils indispendables proposée sur le JDN,
    En voici l’adresse pour ceux qui ne l’ont pas consultée :
    developpeur.journaldunet….

    Et effectivement, nous sommes mis dans cette liste au même niveau qu’un grand nombre d’outils automatiques. Toutefois, je pense que l’auteur (qui connait l’outil) a délibérément choisi de ne pas faire de différence entre outil automatique et outil de test manuel.

    Sur le mode de communication, je ne souhaite pas communiquer spécifiquement sur le fait que Mon-Opquast soit un outil "manuel" d’auto-évaluation de la qualité, et ce pour plusieurs raisons :

    1 Je veux que l’auto-évaluation manuelle rentre dans les moeurs entre autres techniques d’évaluation des sites web. En l’occurence, je ne veux pas qu’Opquast soit délaissé "parce qu’il ne serait pas automatique".
    Si vous regardez les bonnes pratiques, vous verrez qu’au mieux, vous pourrez en contrôler automatiquement la moitié (et encore). Doit-on laisser les autres de côté?

    Et puis après tout, il faut convaincre, alors laissons les gens découvrir qu’outil qualité ne veut pas forcément dire outil automatique. Ca n’est pas le cas dans le monde de l’industrie, pourquoi le serait-ce dans le monde du web?

    2 Deuxième raison, et c’est la plus importante : Opquast va devenir un jour ou l’autre (bientôt, peut-être ;-), un outil qualité mixte manuel/automatique. Et il le restera.

    C’est pourquoi je ne nous vois pas changer de cible et de communication. Nous perdrions du temps à corriger cette orientation par la suite, et je pense que de très nombreuses personnes seraient passées à côté de l’intérêt de l’outil.

    Si vous regardez toutes nos pages de présentation, sauf erreur de ma part, vous verrez qu’on n’incite jamais à penser que l’outil va évaluer la qualité à votre place. "Suivez", "Evaluez", "Opquast vous aide à évaluer". En fait, nous avons même veillé à ne jamais jouer à ce petit jeu du marketing mensonger, qui nous retomberait sur la figure tôt ou tard – maintenant ? 😉

    Malgré ces précautions, il arrive (pas si souvent que ça, si l’on en croit l’activité des comptes et le peu de retours de ce type) que des personnes comprennent autre chose. Et je vais vous dire pourquoi : Un outil automatique, c’est tout simplement ce qu’ils attendent. Alors, ils pensent en avoir trouvé un nouveau, et ils sont déçus. C’est logique, mais je ne suis pas responsable de cette déception.

    Deux choses peuvent alors se passer : Ils rejettent l’outil en bloc, ou ils regardent comme ça, pour voir, et souvent, se prennent au jeu.

    Et là, pour nous, c’est gagné, car l’appropriation commence, et des personnes qui n’auraient jamais pensé un jour remplir une check-list pour la qualité d’un site se mettent à le faire. Notre outil avance, les sites web s’améliorent, l’automatisation arrive, le web s’industrialise, bref, ça me plait bien.

  6. "Imaginez-vous un seul métier de la vraie vie, où le contrôle de la qualité soit une activité presse-bouton?"

    Le métier du développement logiciel n’en est peut être pas là mais il n’en est pas loin. Les méthodes dites "agiles" dont l’utilisation ne cesse de croitre, mettent en avant un contrôle qualité permanent et, pour certaines d’entre elles affirment que la seule solution passe par un contrôle automatisé. cf http://www.extremeprogramming.or...

    Cela tombe sous le sens. Si on veut un feedback quasi-permanent sur la qualité de la réalisation, on peut difficilement se passer de l’automatisation (à moins d’avoir un bataillon de petites mains qui passent en permanence des check lists sur des versions internes livrées quotidiennement)

    Ceci étant dit, il ne faut pas se tromper de vocabulaire.
    De mon point de vue, les "bonnes pratiques" présentes sur Opquast ne sont pas un "outil" de contrôle qualité, elles sont plutôt un "framework" permettant la mise en oeuvre de tels outils.
    Ce que je veux dire par là c’est que bon nombre de pratiques ne sont pas transposable sous la forme d’un outil utilisable dans le cas général mais, dans de nombreux cas, rien n’empêche de se munir d’outils paramétrables permettant d’assurer ce contrôle.

    Un exemple : "En cas de rejet des données saisies dans un formulaire, les champs contenant les données rejetées sont indiqués à l’utilisateur."
    Une machine ne peut pas vraiment tester cela dans un cas général car il faut :
    – savoir quelles données on peut entrer pour générer un rejet de formulaire
    – savoir que le formulaire que l’on vient d’envoyer a été effectivement "rejeté"
    – connaître la particularité visuelle choisie pour indiquer les champs rejetés

    Mais quand, pour un site et pour un formulaire donné, ces choix sont connus, il n’est pas bien compliqué d’utiliser des outils d’automatisation tels que http://www.httpunit.org pour contrôler de manière systématique que les règles sont bien respectées — et surtout qu’elles le restent au fur et à mesure de l’évolution du site.

  7. @Oaz

    De mon point de vue, les « bonnes pratiques » présentes sur Opquast ne sont pas un « outil » de contrôle qualité, elles sont plutôt un « framework » permettant la mise en oeuvre de tels outils.

    Très très bien vu.

  8. "Faire des sites totalement en html, c’est très lucratif". Je parlais bien sur de faire des sites totalement en flash.

    Rhalala, besoin d’un nouveau neurone moi.

  9. Bonjour à vous,

    Malgres mon experience en tant que Webdesigner, je dois bien me l’avouer, je ne m’interesse que depuis peu au respect des standards et à l’accessibilité.

    Certes, le trvail à réaliser semble énorme, mais je suis d’accord à 100% avec la notion de "qualité" qui en plus d’un positionnement citoyen (l’accessibilité) à de grande chance de devenir à l’avenir un réel atout commercial. Ce n’est pas pour rien qu’au jour d’aujourd’hui des entreprises investissent du temps et de l’argent pour rentrer dans les "normes" qualité.

    De plus, ce positionnement m’a fait revenir sur ma pratique professionnelle et redécouvrir un métier que j’aime mais qu’il faut bien se l’avouer finissait par tourner en rond.

    L’outil Opquast me semble interessant car, il nous donne les pistes pour l’amélioration tout en nous "forçant" à le faire nous même, donc apprendre à devenir meilleur dans notre démarche professionnelle et pas juste "cliquer sur un bouton".

    En cela je vous dit merci de m’apporter un outil pertinent sous forme de todo list concrète et argumentée.

    Bonne continuation, cordialement,
    Aymeric JACQUET

  10. Je m’intéresse aux normes depuis 2 ans maintenant, ca a été difficile de se défaire de certaines habitudes mais quel bonheur d’arriver a faire de jolies choses sans avoir un source html horrible et lourd.

    Je soutiens à 100% opquast et openweb, car de nombreux développeurs actuels devraient suivre les conseils qui y sont donnés. De plus je trouve qu’il est étrange que dans un domaine ou tout change vite, beaucoup finissent par ne plus suivre ce qui se passe et préfèrent s’enterrer dans leurs techniques, ce qui est contraire au principe de veille technologique !

    Cher Elie, ainsi que vos collègues qui vous occupez d’opquast, continuez de maintenir ce site et les services qu’il propose, les impudents qui vous dérangent en ce moment ne vous dérangeront plus dans quelques années s’ils continuent à ne pas suivre l’évolution du web.

  11. Je ne vous ai jamais écrit concernant ce genre de point mais j’avais fait une petite critique sur mon blog à laquelle vous aviez pris le temps de répondre sur le côté "irritant pour les yeux" des cellules changeant de taille tout le temps. Mais ce n’est pas ce dont je voulais parler ici (surtout que votre réponse ainsi que la problématique en question était évidentes).

    Je travaille régulièrement avec des "webmestres professionnels" et je n’en connais hélas pratiquement aucuns pour qui le respect des standards ou l’accessibilité aient la moindre importance ! Et oui, ce constat est un peu dur et cela a d’ailleurs toujours le don de m’énerver au plus au point (et donne lieu à des débats très animés lorsque nous parlons web). C’est encore pire quand on sait que mon milieu professionel est la formation en bureautique et l’informatique ! Et voir l’obscurantisme et l’entêtement à garder des habitudes désuètes pour développer des sites adaptés uniquement à une technologie vieille de 10ans (Internet Explorer) et inaccessibles dans ce milieu là, ça file parfois des boutons. Et fait vraiment soucis pour l’avenir du web quand on pense que ces gens en forment d’autres !

    Parfois, partant de ce constat et en surfant sur le web, j’ai l’impression que l’accessibilité, les bonnes pratiques, les techniques de développement permettant de gagner du temps (maintenance de site facilité, etc.) intéressent plus les "amateurs" et les passionnés alors que les pros s’en foutent. Que pour eux le seul intérêt est de faire des sites tape-à-l’oeil, développés à l’emporte-pièces et pouvant être facturés le plus cher possible faisant fi de l’intérêt de leur visiteurs, de leur métier, de la qualité et donc finalement de leurs clients !

    En espèrant me tromper lourdement, je vous souhaite une bonne fin de week-end et surtout une longue vie à Opquast et aux standards !

  12. Tres pertinent votre paragraphe sur le controle qualité et effectivement c’est un gros problem sur de nombreux sites internet meme ceux de compagnies ayant pignon sur rue. De l’orthographe aux web standards, la qualité est souvent laissée a l’abandon pour en mettre plein les yeux aux utilisateurs etc…

Les commentaires sont fermés.