Opquast day : compte-rendu et bilan

Par Élie Sloïm, le 24 novembre 2017, dans .

La cinquième édition de l’Opquast day s’est déroulée le 16 novembre 2017 à Paris. Nous avons été une fois de plus accueilli par Mozilla dans ses superbes locaux du Boulevard Montmartre. Comme de tradition, la matinée était réservée aux partenaires Opquast. Cette année, les référents qualité Web des agences Web partenaires ont été rejoints par des responsables pédagogiques d’écoles et des référents issus de directions numériques / digitales.

Rétrospective

Le début de la matinée était dédié à la rétrospective de l’année :
Pour ce qui concerne la rétrospective, voici les nouveautés arrivées en 2017 :

  • Séparation Opquast Temesis
  • Conférences (Flupa, Web à Québec, Tuniseo, Microsoft experiences, Wordcamp, ParisWeb, meetup nantes…)
  • Internationalisation de la certification, en cours
  • Mise à jour du training et nouveaux contenus
  • Nouvelles écoles et partenaires
  • Sortie du nouveau site Opquast.com
  • Page des bonnes pratiques en français et en anglais
  • gestion des établissements
  • Fiche certifié et nouveau certificat
  • Recrutement et page #opquastjobs
  • Certifications dans Linkedin
  • Inscription au datadock
  • Certification AFNOR qualité en formation
  • Réseau de formateurs
  • Attestation certifiés

Échanges libres

Nous avons ensuite déroulé deux échanges libres consacrés à la question de la vente avec Opquast et aux modalités pédagogiques. Comme souvent, ils ont été l’occasion pour les partenaires de remplir la todolist de l’équipe opquast. Entre autres choses, vous pouvez déjà venir nous rejoindre sur le canal public Opquast sur Slack, et qui sait vous entendrez peut-être parler de nouveaux outils de communication autour de la qualité Web, mais je n’en dis pas plus pour l’instant, il faut bien entretenir le suspense.

Déjeuner

Au même titre que la mousse au chocolat qui y était servie, le déjeuner de l’Opquast day est toujours un moment d’échange très riche. Tout l’écosystème se retrouve et le fait de pouvoir déclencher des rencontres entre partenaires, écoles, agences, entreprises, associations et acheteurs de sites tous préoccupés de la qualité des productions est très précieux.

Présentation Opquast et chiffres clefs

Les partenaires profitent souvent de l’après-midi pour faire venir leurs clients. En conséquence, nous étions beaucoup plus nombreux et en présence de personnes qui ne connaissent pas forcément le projet. Je commence donc traditionnellement l’après-midi par une présentation rapide du projet. Cette année, j’ai rappelé le modèle VPTCS et présenté les bonnes pratiques, mais j’ai surtout insisté sur la certification Maîtrise de la qualité en projet Web, qui est très clairement l’outil qui tire le projet vers le haut et qui déclenche l’appropriation de la qualité Web par les professionnels du secteur.
J’ai enchaîné avec les chiffres-clés de l’année, les tops étudiants, professionnels, agences écoles. C’est toujours un moment où l’on sent de la fierté, de l’admiration, voire les deux sur le visage des spectateurs.

Opquast et le RGPD

Cette année, sur l’impulsion de David Lafon et Alexis Mons, respectivement Référent Qualité Web et responsable de la stratégie chez Emakina (l’agence qui compte le plus de certifiés actuellement – bravo à eux au passage), j’avais demandé à Laurent Denis de se pencher sur le RGPD (réglement général euréopéen sur la protection des données). Nous avons plusieurs enjeux : comprendre le règlement et ses implications, savoir si les bonnes pratiques Opquast permettent de traiter certains points, détecter dans le règlement les points qui mériteraient une prise en compte dans la prochaine version des bonnes pratiques Opquast en 2020.
A l’issue de la présentation de Laurent, et aussi de l’atelier de la veille au cours de la formation annuelle de mise à jour des référents qualité Web, voici ce que j’en déduis et/ou retiens :

  • Opquast permet déjà de traiter un tout petit bout de la question du frontend.
    La question du frontend n’est qu’un tout petit bout de la question de la prévention des risques
  • Le RGPD va certainement nous permettre de détecter d’autres pratiques à valeur ajoutée pour l’utilisateur
  • Les juristes ne seront pas suffisants : il va falloir des personnes chargées de traiter ce sujet sur le terrain. Les référents qualité Web qui gèrent des risques et des pratiques sur des sujets transversaux sont idéalement placés pour jouer ce rôle.
  • Comme dans le cas de la qualité, de l’accessibilité, de la sécurité, ce n’est pas un sujet qui concerne spécifiquement les prestataires. Et comme sur les autres sujets, les annonceurs vont devoir mouiller la chemise.
  • Je ne voudrais pas vous inquiéter, mais d’après moi, ça va saigner, mais alors vraiment vraiment 😉

Sécurité Web

Nicolas Hoffmann nous a proposé une conférence dédiée à la sécurité des projets Web. Il faut savoir que nous avons commencé à travailler sous son impulsion à une liste de bonnes pratiques dédiées. La conférence était suffisamment générique et vivante pour qu’on comprenne les enjeux sans se noyer dans les détails techniques, franchement très intéressante, et j’en profite pour remercier Nicolas pour son soutien indéfectible et les superbes outils qu’il produit pour la communauté.

La qualité Web, c’est pour les acheteurs de sites ou pas

Est-il possible d’acheter un site sans avoir un socle de connaissance et une idée du vocabulaire du Web ?

Je dis non.

La qualité, l’accessibilité, la sécurité du Web sont-ils des problèmes qui peuvent être délégués et dont la responsabilité incombe exclusivement aux prestataires ?
Je dis non.

En filigrane et pour le problème qui me préoccupe très égoïstement actuellement : pour qu’un projet Web se passe bien, faut-il que les clients (webmasters, contributeurs, responsables communication, marketing, DSI, etc.) soient certifiés Opquast ?
Je dis oui 😉

Pour la deuxième année, je lance ce sujet. Chaque année je pense que tout le monde va être du même avis que moi. Chaque année, en fait, la réponse qui découle de nos échanges libres est “ça dépend”. Et c’est vrai, ça dépend un peu.

Enfin, voilà, une fois de plus, c’était passionnant, et sinon ce n’est pas grave, si je n’ai pas raison cette année, j’aurai raison l’année prochaine.
Non, sérieusement, si vous achetez des sites, vous devez quand même vous y connaître un peu, pour la simple raison qu’en fait, vous n’êtes pas le client. Les vrais clients du site, ce sont vos utilisateurs. Apprenez à comprendre leurs enjeux.

Final : à l’année prochaine

L’après-midi s’est terminé avec la présentation des objectifs de l’année prochaine. Sachez simplement que nous allons maintenir le cap et amplifier l’effort, que nous allons être de plus en plus présents à l’international et sur le marché de l’emploi et de l’éducation. L’air de rien, avec cet écosystème de plus en plus riche, ces 2200 certifiés, et le sujet qui se diffuse de plus en plus, nous avons l’impression de lever une armée – tout à fait pacifique je le précise – mais très motivée pour jouer un rôle majeur dans la professionnalisation de nos métiers, et pas que dans le domaine francophone. Avec vous ?

Liens utiles