Poids des pages : un piège toujours actuel

Par Élie Sloïm, le 12 décembre 2008, dans .

Pendant plusieurs années, nous sommes nombreux à avoir martelé le message suivant : efforcez vous ne faire les pages les plus légères possibles. Avec la généralisation du haut débit, vous pourriez croire à tort que cette question n’est plus d’actualité.

Imaginons le scénario suivant : vous êtes administrateur de site, connecté depuis votre entreprise ou depuis votre domicile en haut débit. Pour réaliser votre site, vous avez choisi une agence web dont les développeurs sont connectés en haut débit. Vous travaillez peut-être avec des consultants connectés en haut débit eux aussi. Dans ce scénario, extrêmement fréquent, vous êtes dans des conditions idéales pour mettre en ligne un site contenant des pages de plus de 500Ko, voire plus, car le cas n’est pas rare.

Vous vous retrouvez donc avec un site dont la page d’accueil est très lourde, et toutes les conditions sont réunies pour que vous trouviez ça tout à fait acceptable, ou plutôt, que vous soyiez dans l’impossibilité vous rendre compte des problèmes que ça pose. Mais d’autres que vous vont s’en rendre compte, je vais vous donner quelques exemples.

Vous pensez peut-être déjà aux utilisateurs connectés en bas débit. Et vous pensez sans doute qu’ils représentent une cible tout à fait minoritaire. Ce n’est pas faux. Rappelez vous tout de même qu’il est possible que dans cette cible, qui n’est tout de même pas si négligeable que ça, il y ait des amis, des soutiens, des visiteurs voire des clients, et pour ne pas retomber dans un débat sur la nécessité ou pas de tenir compte de cette cible, intéressons nous à d’autres questions.

Je me connecte depuis plusieurs années à Internet avec mon téléphone mobile. Je serai bientôt doté d’un forfait d’environ 150 Mo. Oui, mais voilà, depuis 4 ans, j’ai un forfait de 5 Mo pour télécharger mes courriels et visiter des pages Web. Il m’est arrivé que la tentative de téléchargement d’une seule page “brule” 20% de mon forfait. J’ajoute également qu’en tant que personne connectée en GPRS, et non en 3G, une telle page mettra un temps fou à s’afficher. Dans ce cas là, j’aimerais souvent avoir le webmaster en face de moi pour discuter cinq minutes 😉

Ce n’est pas tout. Nous sommes maintenant de plus en plus à être habitués à Internet haut débit, et nous apprécions tous la quasi instantanéité des chargements de pages sur les sites. Il est maintenant certain qu’il existe une véritable corrélation entre l’efficacité d’un site et la vitesse de chargement de ses pages. Eric Daspet en parle dans ce billet “Combien attendre ?

Les performances en termes d’hébergement sont l’un des aspects du problème, mais le paramètre le plus facile à traiter est encore de créer des pages les plus légères possibles. par exemple, si vous avez un blog, réglez le nombre de billets à 5 au lieu de dix, c’est rapide, facile, et si, si, ça peut peut-être vous rapporter gros. Des trucs comme ça, il y en a quelques dizaines, et si vous vous penchez sur votre site en particulier, je serais étonné que vous ne trouviez pas de solutions pour diminuer la taille des pages.

En ce moment, ce sujet nous préoccupe énormément, notamment pour Mon-Opquast, qui va encore énormément gagner la semaine prochaine. De votre côté, comme base de départ, je vous conseille le blog d’Eric Daspet sur la performance Web, le sujet est vaste, et il y a beaucoup à faire. Préoccupez vous donc de vos performances Web, et en premier lieu de la taille de vos pages, vous n’aurez certainement pas à le regretter.

2 commentaire(s)

  1. à quand un CMS qui opère comme smushit sur les images uploadés? ou même sur les images de l’interface?

    Ce serait pas mal d’automatiser tout ça en fin de parcours… aux premiers jours de la mise en prod et pendant la durée d’éxploitation du site…

  2. J’ai entendu que tel site de presse a constaté une forte augmentation de la fréquentation de son site mobile au détriment de son site classique, parce qu’il est moins encombré, donc moins lourd et moins “bruyant” que la version classique.

    Si quelqu’un sait retrouver la référence je lui ferai un bisou virtuel. 🙂

    Blague à part, je recherche pour de vrai la source de cette information, justement pour appuyer ton argument auprès des gens un peu partout à qui j’en parle.

Les commentaires sont fermés.