Améliorer massivement la qualité Web

Par Élie Sloïm, le 28 mai 2013, dans .

Depuis octobre 1999, c’est-à-dire depuis que je parle de qualité Web, mes étudiants et les professionnels me disent « alors, quand est-ce que vous allez garantir la qualité des sites ? » J’ai toujours refusé, pour une raison simple : il était hors de question d’appuyer un vrai système qualité autour de quelque chose d’insuffisamment solide.

Depuis 14 ans, nous avons travaillé d’arrache-pied sur la qualité Web pour en faire un sujet utile, réel, outillé et facile à déployer. A l’heure actuelle, les référentiels Opquast sont utilisés par de très nombreux professionnels dans le cadre de très nombreux projets mais globalement la qualité Web n’est pas encore un sujet majeur. Il est maintenant temps d’améliorer massivement la qualité Web, et ce, pour de nombreuses raisons :

  • certaines agences font des efforts considérables pour respecter les bonnes pratiques mais elles n’arrivent pas à se différencier de leurs concurrents moins attentifs à ces sujets ;
  • des clients annexent les bonnes pratiques à leurs cahiers des charges mais, à la livraison du site, les bonnes intentions sont souvent oubliées par le prestataire retenu ;
  • des sites souffrent encore de trop nombreux problèmes bloquants pour les utilisateurs.

Depuis plusieurs années déjà, nous échangeons avec les professionnels, les développeurs, les managers. Ils veulent avancer. Alors, voilà, il faut y aller. Maintenant.

Il est temps de créer la marque de qualité du numérique et cette marque ce sera Opquast. Vous la connaissez. Elle est née à la fin de l’année 2003, elle s’appuie sur des standards et des contenus ouverts. Vous savez ce qu’elle vaut. Nous travaillons depuis plus de dix ans à ce qu’elle soit un concentré de sérieux et de pertinence.

Pour commencer, nous allons faire en sorte que vous puissiez différencier les agences web compétentes, formées, outillées et engagées à nos côtés. Nous avons contacté un certain nombre d’agences dont nous avons pensé qu’elles étaient capables de se lancer dans une démarche qualité Web sérieuse et durable. De fait, dix d’entre elles se sont engagées depuis février.

Bientôt, vous entendrez parler d’elles et si vous avez envie de participer à cette aventure, appelez-nous. Dans tous les cas, restez branchés, je vous en dirai bientôt beaucoup plus.

Elie Sloïm Président – Temesis

6 commentaire(s)

  1. C’est une bonne chose, il est vrai que fasse à une concurrence peu scrupuleuse, la qualité est souvent difficile à intégrer au budget de certain client. De notre côté, nous essayons de faire en sorte que ça ne soit pas une option mais un pré-requis.
    J’espère juste que ça ne concernera pas que de grosses agences parisiennes.
    Affaire à suivre.

  2. J’ai hâte de voir les agences qui sont concernées. Je sens qu’un certain nombre de personnes vont candidater dans l’espoir de travailler « mieux » et dans le bon sens !

  3. Assez souvent aussi, les louables demandes initiales du client exprimées dans le brief initial sont oubliées par lui même quand les lubies du « pouet pouet » reprennent le dessus.
    Combien de fois les attentes d’une compatibilité multi supports sont elles reléguées au profit d’un satané truc en flash ?
    Combien de fois l’accessibilité demandée initialement est elle mise de côté pour des considérations soit-disant esthétiques ?
    Bref, les agences sont loin d’être les seules responsables.

  4. @wixiweb : non, cela ne concerne pas que de grosses agences parisiennes 😉
    @fabrice31 : ça se présente correctement, la machine est lancée, j’espère que nous serons beaucoup à aller dans le même sens.
    @Axenet : vous avez tout à fait raison, la qualité Web concerne aussi bien le client que les agences. Tout l’enjeu est de faire en sorte de faire émerger des couples clients/agences qui travaillent en confiance et sur des règles communes validées. Après, le pouet pouet ne doit pas forcément être combattu, mais maîtrisé 😉

  5. Bonjour Elie,

    « des clients annexent les bonnes pratiques à leurs cahiers des charges mais, à la livraison du site, les bonnes intentions sont souvent oubliées par le prestataire retenu »

    Je suis en phase avec Sylvain. J’explique régulièrement au client en long en large et en travers les règles de base à respecter avant de débuter un projet de site Internet. Mais parfois, le client reste campé sur ses convictions qui vont justement à l’encontre des bonnes pratiques.

Les commentaires sont fermés.