Opquast, tourisme et commerce

Par Élie Sloïm, le 4 juillet 2017, dans .

Il y a quelques mois, nous avons passé des partenariats avec une École de commerce et un organisme dédié au développement du Tourisme.

Ces deux établissements, l’ENC, (École Nantaise de Commerce) et MONA tourisme ne sont pas associés à part entière au secteur du Web et de l’informatique. Pourtant les équipes de ces deux structures ont voulu proposer la montée en compétences et la certification Opquast dans leurs cursus ou leurs formations professionnelles.

Dans le cas de l’ENC, Béatrice Audureau et Jean-Luc Gay ont fait suivre le cursus de formation à des étudiants en mastère et en licence commerce et marketing.
Dans le cas de MONA tourisme, sous la conduite Jean-Baptiste Soubaigné, l’entité a proposé cette certification à des webmasters et responsables de sites Web en office du tourisme.

Dans les deux cas, nous ne nous adressions pas à des personnels de profil Web ou informatique pur mais à des professionnels issus d’autres métiers que le Web et qui sont ou seront amenés à travailler sur des sites à produire des contenus ou à échanger avec des agences ou des personnels techniques.

Bien évidemment, j’attendais les résultats avec beaucoup d’attention les résultats de ces examens, il sont très intéressants.

Commençons par l’Ecole Nantaise de Commerce. Neuf étudiantes ont réussi à passer la barre des 500 points qui est à la fois nécessaire pour avoir l’un des badges mais qui est aussi le score suffisant à viser pour des profils commerciaux. Ce sont des résultats tout à fait corrects. Alors, certes, nous avons tout de même plusieurs étudiants qui n’ont pas passé cette barre, mais les scores sont comparables à ceux que nous pouvons avoir dans certaines écoles spécialisées Web.

L’expérience est donc à renouveler, et nous espérons bien que d’autres écoles plutôt orientées commerce ou marketing viendront nous rejoindre rapidement. C’est possible et c’est utile, si vous êtes responsable pédagogique dans ce type de cursus et que vous voulez former des professionnels solides, il faudra sans doute y venir.

Dans le cas de Mona Tourisme, nous avons pu vérifier que tout d’abord, le cursus d’entraînement est pertinent pour des professionnels issus d’autres métiers. Par ailleurs, les scores sont  très bons (entre 750 et 900), ce qui prouve que là aussi, il ne faut pas forcément être à 100% sur le Web pour avoir une bonne compréhension de ce qui se passe de l’autre côté de l’écran.

Tout cela montre que la maîtrise de la qualité en projet Web n’est pas une compétence réservée à des personnes techniques. C’est le sens du dernier éditorial de la lettre de la qualité Web dont nous venons de mettre en ligne le dernier exemplaire. Profitez-en et abonnez-vous.